Sicile : Palerme ou pas Palerme ?

Ouhlala, sujet sensible sur le blog aujourd’hui puisque chacun vit ses voyages à sa façon, et que l’on recherche tous des choses très différentes lors de nos périples. La Sicile j’en rêvais, j’avais d’ailleurs acheté le guide il y a quelques années. Les Siciliens, la gastronomie, la mer… Je savais que j’allais y trouver tout ce que j’aime. Nous sommes partis quinze jours en Sicile à la fin du mois de mai, en décidant de nous concentrer principalement sur l’ouest pour ne pas courir, un « slow voyage » entre découvertes et repos. Et en croisant les doigts pour qu’il fasse suffisamment beau et que l’on puisse se baigner. Un itinéraire de Palerme en passant par Cefalù, Scopello, Trapani et enfin une semaine sur les îles Egades. Le pied !

Nous avons donc passé trois jours à Palerme (2 à notre arrivée et une journée au retour) et bien que la ville soit pleine de charme, mon Marcel et moi on s’est posés la même question à notre retour : et si c’était à refaire, est-ce qu’on s’arrêterait à Palerme ? Le genre d’interrogation qui n’arrive presque jamais lors de nos voyages.

Palerme est une ville au charme fou, c’est incontestable. On prend plaisir à se balader dans toutes les petites ruelles : au milieu des vieux immeubles on tombe sur des palais magnifiques et églises si nombreuses qu’il est impossible de toutes les visiter en si peu de temps. Une ville aux airs assez pauvres et à la population incroyablement accueillante.

Après la région du Frioul (où habitaient mes grands-parents), Venise, Romela Toscane, la Sardaigne, les Pouilles, j’avais encore envie de partir découvrir un autre coin de l’Italie pour cette raison : les Italiens, leur accent, leur accueil, leur gastronomie… Et ça c’est un vrai bonheur, les Siciliens savent recevoir et parlent de leur île avec un enthousiasme débordant. On sent la fierté de vivre ici et l’envie de nous la faire découvrir au mieux.

A Palerme, il y a des restaurants partout et malgré mon intolérance, j’ai mangé, mangé et mangé. Beaucoup trop. Je vais d’ailleurs vous donner mes bonnes adresses pour y manger sans gluten et sans lactose, car comme partout en Italie c’est bien plus simple qu’en France !

Et si l’on aime faire la fête, à Palerme c’est assez incroyable : dès 17h la ville s’anime, les terrasses se remplissent et certaines rues sont bondées. On entend de la musique un peu partout. C’est vraiment une ville conviviale.

Alors pourquoi ce bilan mitigé sur Palerme ?

Marcel et moi nous ne sommes pas du tout des voyageurs organisés. Nous aimons nous laisser porter au gré de nos envies, flâner, nous balader, capter une ambiance et une atmosphère. Nous ne passons pas des heures dans les musées, particulièrement lorsque nous choisissons une destination ensoleillée, on aime être dehors. D’ailleurs en fait, on aime la mer, se poser sur une plage, bouquiner, marcher sur la côte, faire du vélo… C’est là qu’on se ressource le mieux.

Comprenez donc que nos journées ressemblent généralement à cela : on se réveille tard pour des touristes (jamais avant 9h, c’est les vacances quoi ;), on prend le temps de petit-déjeuner en se demandant quel sera notre programme, on part sans avoir décidé du programme, on se balade et on se dit que l’on va visiter ce que l’on trouve en chemin, puis tout est remis en question lorsque l’on passe devant des restaurants et/ou bars avec terrasse. Voilà, ce n’est pas toujours très productif mais on aime prendre le temps et observer. Nous avons d’ailleurs prévu un tout petit itinéraire en Sicile pour convenir à nos envies, alors que nous avons croisé d’autres voyageurs qui prévoyaient le tour entier en deux semaines.

Voici donc ce que nous avons moins aimé à Palerme :

  • Nous avons préféré Palerme à la fin de notre séjour plutôt qu’au début, car c’est une ville qui nous a semblé très fatigante. Et quand on débarque de Paris avec son année de boulot dans les pattes… On était épuisés. Il y a énormément de voitures, qui utilisent le klaxon à tout bout de champ. Cela nous a paru encore plus flagrant que dans le reste de l’Italie. Et comme ailleurs en Italie, ils ont leur propre code de la route incluant la possibilité de passer au feu rouge, l’inexistence de la priorité à droite, des passages piétons… (Et encore, nous étions à pied). Résultat : il faut parfois courir pour traverser les avenues. Pas super zen comme vacances, surtout quand on traîne sa valise depuis la gare et qu’on ne maîtrise pas encore les lieux.
  • La ville est assez sale. Non pas que je réclame impérativement une ville propre pour passer de bonnes vacances, mais il y a vraiment des ordures et sacs poubelles un peu partout. Du coup sous 30°C il y a aussi les odeurs qui vont avec.
  • Le rythme de la ville n’a pas vraiment coïncidé avec notre propre rythme de touristes à l’arrache. Les boutiques ferment d’environ midi à 17h. Et certains sites incontournables comme le Palais des Normands sont fermés le dimanche. Manque de bol pour nous, nous sommes arrivés un samedi soir. Nous avons donc passé notre première après-midi du dimanche à ne pas pouvoir visiter grand chose et à avoir une sensation très étrange de ville abandonnée. Personne dans les rues en pleine journée, les sites fermés… Mais à 17h, les boutiques rouvrent, les Italiens sortent, et la ville s’anime. Sauf que c’est l’heure à laquelle on commence à fatiguer d’avoir traversé toute la ville et qu’on fini par s’avachir en terrasse. Bref, on est donc passés à côté de la ville ! Et l’on a raccourci notre séjour pour aller voir la mer au plus vite… Un besoin vital de calme et d’odeurs iodées !

Comme nous décollions de nouveau de Palerme au retour, nous avons du y repasser une journée en fin de séjour (super déçus de quitter le calme des îles Egades). On était moins fatigués, on maîtrisait un peu mieux les lieux et on a pu davantage l’apprécier. Pour nous, c’est une ville un peu difficile à apprivoiser et qui ne convenait pas tout à fait ce que nous recherchions. Si vous êtes fan des musées, visites d’églises et culturelles, vous aurez de quoi vous rassasier largement sur un week-end et même beaucoup plus longtemps. De notre côté, une journée aurait été largement suffisante (je risque de me faire remonter les bretelles par tous les voyageurs fana de culture que nous avons croisé et qui étaient aux anges).

Nos jolies découvertes à Palerme

Les ruelles aux murs jaunes et aux balcons fleuris, souvent cachés par des draps et du linge tendu, typiques de l’Italie .

Dans le centre historique de Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettDans le centre historique de Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettDans le centre historique de Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettDans le centre historique de Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettDans le centre historique de Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettPalerme en Sicile - 22 v'la ScarlettUn marché aux puces plein d’antiquités se tient le dimanche Piazza Marina, très sympa si l’on aime chiner.

Marché aux puces d'antiquités Piazza Marina à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettLe fameux marché du Ballaro rempli de beaux fruits et légumes colorés (à la saveur incomparable, même pas besoin d’huile d’olive ou de vinaigre balsamique tellement les légumes ont du goût en Sicile). On y trouve aussi du poisson (des thons gigantesques, l’une des spécialités à tester absolument en Sicile), du fromage, de la charcuterie, des épices… Il est situé Piazza del Carmine.

Marché du Ballaro à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettMarché du Ballaro à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettMarché du Ballaro à Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett Marché du Ballaro à Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett Marché du Ballaro à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettIl faut absolument rentrer manger au Bisso Bistrot à Palerme. Ce restaurant est installé dans une ancienne librairie, d’ailleurs on ne repère pas forcément que c’est une adresse où manger de l’extérieur. Le décor est « dans son jus », il faut vraiment pousser la porte. Et les plats (plutôt de la cuisine moderne et sur le pouce) sont à petit prix. J’y ai facilement trouvé de quoi manger sans gluten et sans lactose.

Restaurant le Bisso Bistro à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettBien sûr, il y a aussi les nombreuses églises et sites incontournables comme la Piazza Pretoria et ses statues, le Palais des Normands, la Chapelle Palatine (l’un de mes regrets, nous ne l’avons pas visité car fermée le dimanche après-midi), la Cathédrale de Palerme, le Jardin botanique et son gigantesque Ficus, le Teatro Massimo Vittorio Emanuele

La Piazza Pretoria à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettRestaurant le Bisso Bistro à Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett Restaurant le Bisso Bistro à Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett Restaurant le Bisso Bistro à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettLa Piazza Pretoria à Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett Le Jardin botanique de Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettEt en fin de journée, traversez la Via Maqueda qui s’anime avec du monde partout, des spectacles de rue, de la musique…

Via Maqueda à Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett

Où loger à Palerme ?

Ce qui est assez fou c’est ce qui se cache à l’intérieur des bâtiments délabrés de Palerme : je vous conseille de loger en chambre d’hôtes, chez l’habitant, vous découvrirez ainsi des habitations dans d’anciens palais avec du mobilier d’époque.

Nous avons testé deux adresses, et avons eu un vrai coup de coeur pour les chambres d’hôtes d’Helena « L’Olivella ». C’est très bien placé dans le centre historique, non loin de la Via Maqueda, un ascenseur à l’ancienne permet de rejoindre l’appartement situé à l’étage qui comprend plusieurs chambres d’hôtes. Helena est très agréable et se fait particulièrement discrète (pour moi la grosse bavarde qui soûle tous les touristes au petit déj). Les chambres sont modernes, décorées avec beaucoup de goût, tout est propre. Nous avions la chambre Cesello avec une petite salle de bain toute mignonne et un balcon/terrasse. On prend le petit déjeuner, composé de pâtisseries maison, dans le salon à la décoration d’époque où l’on retrouve toutes les traces de cet ancien palais. Et Helena a eu une délicate attention : elle m’a acheté des biscottes sans gluten et sans lactose pour le matin. Seul point à noter : prévoyez les boules quiès, il y a un bar en bas et les italiens aiment vraiment faire la fête. Mais il semble que cela soit partout pareil dans le centre historique de Palerme. Une excellente adresse !

Chambre d'hôtes l'Olivella à Palerme en Sicile - 22 v'la Scarlett Chambre d'hôtes l'Olivella à Palerme en Sicile - 22 v'la ScarlettAu retour il n’y avait plus de place à l’Olivella (super organisé le couple qui réserve toutes ses nuits la veille ou le matin même), nous avons donc logé au B&B Allegretto à Palerme. C’est très bien situé également, très propre, et le maître des lieux Ermano parle parfaitement bien le français, il donne d’excellents conseils et adresses pour apprécier la ville. L’appartement des propriétaires est juste au dessus, ils sont extrêmement accueillants et prévenants. De nouveau, prévoyez les boules quiès ;)

Concernant les prix, nous avons voyagé hors saison et les chambres d’hôtes n’étaient jamais complètes. Nous avons donc payé entre 40€ et 60€ nos nuits en chambre d’hôtes durant ce séjour.

L’envie de voir la mer était trop grande, nous avons donc raccourci notre escale à Palerme pour partir voir Cefalù en train, une station balnéaire où fin mai nous avons enfin pu nous baigner… Dans une eau un peu frisquette ! Mais oh, c’est fou l’effet anti-stress que la mer a sur moi. Je vous raconte la suite très bientôt !

Leave a Comment

Me contacter

Not readable? Change text.